Comment équilibrer les habitudes alimentaires des enfants ?

Compte tenu de leur croissance, les besoins nutritionnels des enfants diffèrent de ceux des adultes. Ceci dit, de très nombreuses habitudes alimentaires saines sont valables aussi bien pour les enfants que pour les parents. Mieux, en adoptant les mêmes habitudes, les parents se facilitent la vie (un même plat pour tous). Ils éveillent leurs enfants au goût des produits frais et transmettent l’importance de bien se nourrir. Un héritage précieux que les enfants garderont certainement à vie.

Un peu de perspective

Pour commencer, rappeler quelques points de contexte sur l’alimentation des enfants peut être utile :

  • les enfants sont surexposés au sucre : bonbons, biscuits (ou gâteaux – brioches) industriels, sodas ou jus de fruits, sauces type Ketchup, céréales au petit déjeuner et les féculents (pâtes, riz, pommes de terre – frites)… L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande de consommer dans la journée environ 25 g de sucre, soit l’équivalent de 5 sucres. Pour information, 1 seul verre de soda de 200 ml contient 27 g de sucre et un jus de fruits sensé être « bon pour la santé »  20 g !
  • La surcharge pondérale ou l’obésité des enfants de 6 à 17 ans est relativement stable sur les 10 dernières années, et s’établit à 17 % (1 enfant sur 6) avec une obésité à 4%, frappant principalement les enfants issus de foyers les « moins diplômés ».
  • A l’opposé, la maigreur touche environ 13% des enfants, avec une forte augmentation (de 8 à 14% en 10 ans) de la maigreur des filles de 11 à 14 ans (Voir l’étude).

Bref, la sensibilisation des enfants sur leur consommation de sucre est une priorité, tout comme la vigilance sur l’appétit des jeunes filles.

Dans l’assiette des enfants

Une alimentation saine pour les jeunes est par nature :
  • très variée : les plats changent à chaque repas.
  • riche en légumes : verts, rouges, jaunes.
  • accompagnée de protéines : viande, poisson, produits de la mer, protéines végétales.
  • privilégiant les fruits pour l’apport de sucres rapides (goûters et encas healthy par exemple) et les féculents (pâtes, riz, pommes de terre, carottes, lentilles, quinoa, pois chiche, pain complet…) pour les sucres lents.

Ce comportement équilibré présente l’opportunité de faire découvrir à vos enfants de nombreuses saveurs, la forme et le goût des aliments naturels. Et non, le poisson carré avec les yeux dans les coins recouvert de panure n’est pas un poisson d’élevage ;-). C’est également une occasion de leur démontrer que faire la cuisine est facile et rapide.

Evidemment, le sucre raffiné sous toutes ses formes est à limiter. Cela concerne les sucreries, bonbons, sodas, biscuits et gâteaux industriels, ou le sucre en poudre. Lorsque vous êtes à table, si votre enfant a soif, c’est de l’eau plate qu’il faut lui proposer, rien d’autre. C’est une première habitude saine et simple à faire respecter.

Les astuces pour que les enfants adoptent une nouvelle alimentation

Sensibiliser sur l’omniprésence du sucre

  • Montrer la contenance en carreaux de sucre des produits alimentaires consommés. Par exemple, les comptes instagram dealer de sucre ou sucrez vos fraises illustrent très bien les produits courants. Une fois que les enfants ont perçu en volume le sucre des aliments, pourquoi ne pas essayer des jeux ou un défi ludique pour limiter les produits sucrés ?
  • Astuce : lorsque les placards sont remplis en abondance de biscuits, bonbons ou sodas, la tentation pour les enfants est très forte, voire insoutenable. Pourquoi de pas essayer la rupture de stock temporaire ? 😉

Faire la cuisine avec ses enfants

  • Associer votre enfant à la préparation des plats quand vous cuisinez, des ateliers pâtisserie faciles, etc. C’est pédagogique et ce temps informel vous permettra également d’échanger avec lui, parler de sa journée, de ses amis.es.

Faciliter la découverte de nouvelles saveurs

  • Pour atténuer le goût de certains légumes qui ont des saveurs particulières (fenouil, endives, chou), vous pouvez les cuisiner en ajoutant de la crème fraîche, du fromage rapé, des lardons fumés, des herbes aromatiques ou encore une sauce tomate.
  • Faire découvrir de nouvelles saveurs progressivement : d’abord faire goûter une fois, puis plusieurs fois et augmenter les quantités avec différents assaisonnements (cf. ci-dessus) pour que le plaisir de manger le plat soit au rendez-vous.

Notez enfin que les quantités varient selon l’âge et la taille de l’enfant. Les rondeurs d’un enfant ne sont pas nécessairement un début de surcharge pondérale mais elles peuvent précéder une période de croissance (l’enfant prépare ses ressources pour grandir).

 

A propos de Mercimi : les menus, recettes et conseils permettent à toute la famille de manger équilibré moyennant quelques ajustements. Les plats principaux sont identiques pour optimiser le temps de préparation, seuls les accompagnements diffèrent pour convenir aux besoins nutritionnels des enfants.

Photo by Janko Ferlic from Pexels